Le sens de l'oeuvre

Conduite symbiotique
et respectueuse
du vignoble

À Ducru-Beaucaillou, l’excellence se façonne centimètre par centimètre grâce à une compréhension intime de ce que les vignes veulent bien offrir. Expérience, intuition, remise en question, pour une symbiose avec la Terre mère ; les hommes ne sont que de passage sur ces nobles terroirs. La Nature étant « sujet de droit », chaque procédure dans le vignoble se veut respectueuse de l’écosystème tout entier : les herbicides ont été abandonnés au profit des désherbages mécaniques et d’enherbements réfléchis ; les engrais chimiques remplacés par du fumier et des composts qualitatifs, les insecticides par des phéromones pour lutter contre les vers de la grappe ou de l’argile kaolinite afin de leurrer la cicadelle verte. Des gestes facilitant aération et ensoleillement des grappes contre le Botrytis, et le cas échéant, des bacilles. En amont des vendanges, une surveillance assidue de l’azote disponible. Une culture raisonnée qui vaut à la propriété depuis 2016 la certification ISO 14001, complétée depuis 2017 par la certification HVE3 (haute valeur environnementale de niveau 3).

La Nature étant « sujet de droit », chaque procédure dans le vignoble se veut respectueuse de l’écosystème tout entier.


Chaque année s’ajoutent des aides à la décision dans le suivi phytosanitaire. Surveillance aigüe de la maturité des différents cépages et de chaque pièce ; les raisins sont continûment goûtés puis analysés – IBMP, degrés alcooliques, potentiel anthocyanique, équilibre technologique (sucre/acide) –  afin de déterminer l’opportune date des vendanges, secteur après secteur. Les jeunes pieds sont vendangés séparément. Une gestion millimétrée jusqu’au sein d’une même parcelle afin de gagner en précision.

Point d’intégrisme, mais une approche résolument curieuse, pragmatique, bienveillante. Une sorte de « modernité positive » adaptée à la viticulture contemporaine : une cellule de recherche et de développement a été créée, aujourd’hui pilotée par deux jeunes ingénieures qui transmettent leur passion et communiquent leurs découvertes aux équipes. Utilisation de logiciels d’aide à la décision, basés sur des modèles prédictifs performants, programmation GPS des applications pour une couverture maîtrisée et une traçabilité totale, installation de plusieurs stations météo pour mieux comprendre les variations géospatiales. Grâce aux travaux de l’INRA, notamment sur la physiologie de la vigne, de son alimentation, de son virome, cette viticulture de haute précision, à la fois qualitative et durable, progresse constamment.

Une vinification
au cordeau

Une politique de sélection toujours plus drastique afin que seuls soient élus les grains ne présentant aucun défaut. La matière doit être irréprochable. Le volume retenu pour le Premier Grand Vin de Ducru-Beaucaillou a été revu sévèrement à la baisse (de 16 000 caisses en 2002 à 8000 sur les derniers millésimes). La première sélection des grappes faite à la vigne est complétée à la réception au cuvier par un tri optique des baies de raisin. Les lignes de triage sont plus longues et performantes… In fine, à l’issue des vinifications, chaque lot sera dégusté plusieurs fois par le comité maison sous la supervision de l’œnologue conseil, Eric Boissenot, afin d’envisager son statut… sélection, sélection !

L’expérimentation d’une batterie de cuves de vinification en chêne mais aussi tronconiques en inox de faibles contenances (60/80 hectolitres), nouvelle génération (« intelligentes »), a permis de travailler au plus juste et d’exprimer in fine l’identité de chaque parcelle et micro-parcelle. Cette précision se retrouve dans les assemblages décidés avec un niveau jamais atteint jusqu’alors (inférieur à 0,3% dans l’assemblage), remarquables de pureté, de droiture, de netteté.

Cette quête de perfection témoigne de l’ingéniosité humaine sans cesse à l’œuvre dans la viticulture comme dans l’œnologie bordelaise. À Ducru-Beaucaillou, on salue avec enthousiasme cette belle émulation scientifique qui irrigue le monde viticole en général, le Bordelais en particulier.  

L’élevage, une culture du temps long

Ducru-Beaucaillou est l’une des rares propriétés à opter pour un élevage long de 18 mois, lequel confère un raffinement et garantit un meilleur potentiel de vieillissement en bouteille. Utilisation exclusive de barriques neuves de chêne français certifié et recherche continue d’un boisé le plus intégré possible. À Ducru-Beaucaillou, le bois n’est pas un facteur stylistique mais le contenant idéal pour effectuer la transmutation d’excellence du vin. Il s’agit de retrouver la pureté originelle du raisin dans le vin. Un élevage tout en finesse sans azote ni CO2, le minimum de soufre.

Il s’agit de retrouver la pureté originelle du raisin dans le vin.



Chaque année, plusieurs tonneliers viennent à la propriété pour déguster avec les équipes. La sélection de bois d’exception est faite dans le plus pur respect de la qualité et de la "sanitation" des barriques. La recherche de l’association merrain-cépage enrichit sans cesse notre réflexion.

Des vignerons orfèvres

Afin d’accomplir le grand œuvre, ce sont cinquante paires de mains, cinquante façons manuelles qui se succèdent derrière chaque bouteille de Ducru-Beaucaillou. Une équipe multiculturelle, organisée et solidaire, à taille humaine. Une communauté d’esprits fédérée autour de mêmes valeurs : un profond attachement à la terre, à la tradition paysanne, à la dimension artisanale du métier, à la beauté du geste. Intuition, savoir-faire, épure : comme dans une musique de Satie, le moins de notes pour le plus d’effets possibles. À la fin, c’est une accumulation de soins, de particularités, de détails qui font une grande cuvée. 

DUCRU-BEAUCAILLOU

Vous devez-être en âge légal de consommer de l’alcool dans votre pays de résidence.